Dans ce spectacle présenté par "Animation Bray Culture" auquel nous avons assisté ce Jeudi 13 Octobre à l'Espace Jean Bauchet de Forges les Eaux, "Maurice Attias décompose l'implacable mécanique du sexe qui fait tourner dans une même ronde prédateurs et proies. Ce manège de la séduction et de l'ambition traverse toutes les couches de la société, parle de la misère sexuelle comme métaphore de la misère sociale et c'est ce qui fit de "La Ronde" un brûlot qui préfigurait la décomposition d'un monde que la grande guerre anéantirait. Cette guirlande de dix scènes qui ne parle que de "ça" se découpe en trois temps,, comme une valse Viennoise dont les flon-flon ponctuent les trois étapes de l'acte sexuel : avant, pendant, après".

Voilà en substance ce que nous promettait ce spectacle... Je n'ai aucun mal à imaginer le scandale que produisit cette pièce écrite entre 1896 et 1897 car en effet, ça ne parle que de "ça" mêlant dans une même recherche du plaisir la grande Bourgeoisie aux autres classes sociales, ce qui à cette époque était tout bonnement intolérable. Il faut savoir que toute la troupe qui avait créé "La Ronde" en 1920 soit près d'un quart de siècle plus tard, fût traînée en justice pour obscénité et trouble de l'ordre, provoquant un véritable déchaînement à Berlin. Ainsi se forgea le mythe de "La Ronde".

Je regrette pour ma part que l'interprétation soit quelque peu confuse, en effet quatre comédiens se partageaient les rôles et on avait parfois du mal à s'y retrouver... L"amant" de la scène précédente devient "le mari" un peu plus tard dans une autre scène... Il faut suivre... Difficile aussi, à moins de connaitre déjà la pièce, de comprendre qu'a la fin "la boucle est bouclée", lorsque le dernier personnage retrouve "Léocadie" qui n'est autre que la prostituée du début. J'ai beaucoup apprécié l'interprétation de Karine Preterre, que j'avais déjà eu l'occasion de découvrir dans l'Illusion comique de Corneille il y a quelques temps au théâtre des deux Rives de Rouen, les autres comédiens n'ayant pas démérité pour autant. Bravo aussi aux musiciens de l'Harmonie de Forges.



Retour à l'accueil